DERNIERES INFORMATIONS

 

 Du 13 octobre au 11 novembre 2022

 

POLITIQUE INTERIEURE

 

Bulletin du 11 novembre

Ikonomou : Etudes sismiques pour l'exploration des gisements de gaz naturel dans les deux champs situés au sud-ouest du Péloponnèse et en Crète

"Le gouvernement a préparé et met en oeuvre un plan détaillé et cohérent grâce auquel la sauvegarde de nos droits souverains est réalisée dans les faits et de nouvelles opportunités géostratégiques et économiques sont offertes à la Grèce. Notre pays s'est fixé comme objectif de parvenir bientôt à l'autosuffisance énergétique et à l'autonomie, ce qui nous permettra à l'avenir d'agir différemment à tous les niveaux", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yannis Ikonomou, en ouverture jeudi du briefing des rédacteurs politiques. "Le gouvernement réalise une vision datant de plusieurs décennies et tente de répondre aux énormes crises internationales et aux défis qui existent avec des résultats, avec des actions et non avec des positions incohérentes." Dans ce contexte, les études sismiques pour l'exploration des gisements de gaz naturel dans les deux champs situés au sud-ouest du Péloponnèse et en Crète par ExxonMobil ont été lancées aujourd'hui immédiatement après l'annonce du premier ministre, a-t-il déclaré. Un NAVTEX a déjà été émis - depuis lundi dernier par la station du Service Hydrographique de la Marine à Heraklion, en Crète. Le navire, SANCO SWIFT, situé au sud du Péloponnèse et à l'ouest de la Crète, a déjà effectué les tests nécessaires. Le début de ces explorations marque une autre étape importante dans la stratégie du gouvernement pour l'exploitation des ressources en gaz naturel de la Grèce, l'effort pour une transition vers un mix énergétique plus durable et le renforcement de sa propre sécurité énergétique, mais aussi de celle de l'Europe.

 

Au Parlement le projet de loi du ministère de la Justice sur le casier judiciaire spécial des infractions contre les mineurs

Le projet de loi du ministère de la justice pour le casier judiciaire spécial des délits contre les mineurs a été soumis au Parlement jeudi. Selon une annonce du ministère de la Justice, le projet de loi controversé comprend une disposition relative à une partie spéciale du casier judiciaire pour les crimes prévus dans les articles : -299 (homicide intentionnel),

-306 (exposition au risque),

-312 (dommage corporel à une personne faible),

-323A (traite des êtres humains),

-324 (enlèvement de mineurs),

-dans le chapitre 19 de la partie spéciale du code pénal [n. 4619/2019] concernant les crimes contre la liberté sexuelle et les crimes d'exploitation économique de la vie sexuelle

-dans la loi 3500/2006 sur le traitement de la violence domestique, lorsque ces crimes sont dirigés contre un mineur. Ces réglementations visent, selon l'annonce, à protéger davantage les mineurs, lorsque les biens légaux que sont la liberté sexuelle, la liberté individuelle, la vie et l'intégrité physique sont violés. Ainsi, une base de données est créée, qui offre des garanties supplémentaires de protection des mineurs, aux organismes publics ou privés dont l'objet concerne la protection, les soins, le traitement et l'éducation des mineurs. En outre, ces dispositions sont harmonisées avec l'article 5 de la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels (Convention de Lanzarote) qui a été ratifiée par la Grèce avec la loi 3727/2008. Parallèlement, le projet de loi intègre dans la législation nationale la directive (UE) 2019/884 concernant l'échange d'informations sur les ressortissants de pays tiers et le système européen d'information sur les casiers judiciaires.

 

Georgiadis : Ceux qui pensent que le panier du ménage ne fonctionnera pas se trompent

Jeudi, il est prévu que le ministre du Développement et des Investissements, Adonis Georgiadis, soumette au Parlement l'amendement pour faire face aux problèmes constatés lors de la première semaine de mise en oeuvre du panier ménager. L'amendement prévoit des dimensions spécifiques sur les étiquettes marquant les produits dans le panier, ainsi que le fait qu'elles doivent être en couleur. Il prévoit également que les chaînes de supermarchés doivent disposer de quantités suffisantes des produits inclus dans leur panier, afin qu'il n'y ait pas de pénurie et de remplacement des produits par d'autres plus chers. Le ministre, qui a visité ce matin un magasin de la chaîne Massoutis, a déclaré que si un produit vient à manquer, il devrait être remplacé par un autre au même prix. Il s'est montré satisfait de l'état d'avancement de la mise en oeuvre de la mesure, précisant que la valeur totale du "panier du ménage" par supermarché par rapport à la semaine précédente, est moindre. Plus précisément, il a déclaré que 541 produits ont le même prix, 101 produits inférieurs et seulement 2 produits ont un prix supérieur. Il a également déclaré que 150 produits sont différents de la semaine dernière. Ceux qui pensent que le panier ne fonctionnera pas se trompent, a déclaré M. Georgiadis, et a promis que jusqu'à la fin de l'hiver, il visiterait tous les mercredis le supermarché avec la valeur du panier la plus basse. Il est rappelé que les nouvelles listes de produits qui entrent dans le panier du ménage ont été mises en ligne sur le site internet spécial (e-katanalotis) du ministère du Développement et des Investissements, auprès des grandes surfaces, et sont valables jusqu'au mardi 15 novembre prochain. La liste comprend désormais à côté de chaque produit un nouveau champ, dans lequel la variation de prix du 2 novembre au 9 novembre est enregistrée. Enfin, comme l'a dit le ministre, il rencontrera aujourd'hui à midi des représentants de l'industrie alimentaire : « Nous aurons une discussion, je ne veux blâmer personne, je veux une concertation humaine, la concertation peut aider et conduira le l'industrie à entrer plus fort dans les paniers, je n'en doute pas», a souligné M. Georgiadis. et des Investissements, auprès des grandes surfaces, et sont valables jusqu'au mardi 15 novembre prochain. La liste comprend désormais à côté de chaque produit un nouveau champ, dans lequel la variation de prix du 2 novembre au 9 novembre est enregistrée. Enfin, comme l'a dit le ministre, il rencontrera aujourd'hui à midi des représentants de l'industrie alimentaire : « Nous aurons une discussion, je ne veux blâmer personne, je veux une concertation humaine, la concertation peut aider et conduira le l'industrie à entrer plus fort dans les paniers, je n'en doute pas», a souligné M. Georgiadis.

 

Hausse des flux migratoires de 185% sur les dix mois de 2022 par rapport à 2021

Une augmentation de 185% (8.332 personnes) a été enregistrée dans les arrivées d'immigrés du 1er janvier à fin octobre 2022 par rapport à la même période en 2021, a indiqué le ministre de la Marine, Yannis Plakiotakis. S'exprimant devant l'Assemblée parlementaire de l'OTAN et les travaux du Groupe spécial pour la Méditerranée et le Moyen-Orient, dans l'hémicycle du Sénat du Parlement hellénique, M. Plakiotakis a déclaré que « 25 % des flux gérés par les garde-côtes cette année concernaient incidents d'immigrants qui sont partis, pour la plupart, de Turquie et avaient pour destination finale l'Italie ». Il a également déclaré qu'au cours de la même période, les garde-côtes ont effectué environ 900 détections opportunes de navires suspects, empêchant l'entrée d'un grand nombre de migrants. Concernant le démantèlement des circuits qui organisent les mouvements illégaux des populations migrantes, il a déclaré que sur la seule période de quatre ans 2019-2022, les garde-côtes ont arrêté plus de 1 000 trafiquants. Le ministre de la Martine et de la Politique insulaire a expliqué que la Grèce a réussi à enregistrer une réduction de 85 % des flux migratoires en 2020 par rapport à 2019, enregistrant 10 074 traversées illégales. "Cette tendance à la baisse", a-t-il noté, "s'est poursuivie de manière similaire en 2021 à un rythme de 53% par rapport à 2020, enregistrant seulement 4.677 franchissements illégaux". M. Plakiotakis a souligné que "toutes les actions opérationnelles des garde-côtes sont menées dans le plein respect du droit international et des droits de l'homme et avec comme priorité la protection de la vie humaine".

 

Covid : La plateforme s'ouvre pour la vaccination des enfants de 6 mois à 4 ans

Les vaccins Pfizer pour les enfants de 6 mois à 4 ans ont été réceptionnés dans notre pays et la plateforme ouvrira dans la matinée de vendredi, pour la prise de rendez-vous, tandis que les premières vaccinations avec ces vaccins débuteront à partir de la semaine prochaine. Les recommandations du Comité national de vaccination pour leur administration ont été publiées sur https://emvolio.gov.gr/sites/default/files/attachments/pinakes_dikaioyhon_emvolion.

 

Bulletin du 3 novembre

Enquête KEPE-INE/GSEE sur les effets de la pandémie : Lutte pour un éventuel chômage et perte d'emploi

Satisfaits, perplexes ou inquiets - selon la question à laquelle on leur demande de répondre - les salariés apparaissent par rapport à l'Impact de la pandémie de COVID-19 sur les salariés du secteur privé, selon une étude du Centre de Planification et de Recherches Economiques (KEPE) en collaboration avec l'Institut du travail de la GSEE (INE/GSEE). L'enquête était basée sur un échantillon de 2 812 travailleurs du secteur privé sur tout le territoire grec, auxquels on a demandé de répondre à 85 questions. Les principaux constats sont les suivants : Les travailleurs du secteur privé sont : (1) Particulièrement pessimistes quant aux effets de la pandémie sur la gestion de leurs obligations financières. Ils sont possédés par l'angoisse d'un éventuel chômage et d'une perte d'emploi. (2) Pessimiste quant à l'efficacité des mesures de l'État face aux problèmes. (3) Pessimiste quant à l'évolution attendue de l'économie à court terme, mais aussi à long terme. (4) Relativement satisfaits des conditions et de la sécurité procurées par leur travail. (5) Préoccupés par la numérisation du travail ; des craintes sont exprimées que la numérisation puisse entraîner une baisse des salaires, une augmentation de la charge de travail et de nouvelles formes de travail flexibles. (6) Préoccupé par la douceur de la transition vers l'enseignement à distance, mais il semble y avoir une reconnaissance des progrès réalisés dans l'éducation grâce à la numérisation. (7) Connaître les outils numériques qu'ils utilisent dans leur travail, tout en reconnaissant les implications positives de la numérisation dans la gestion des équipes et des tâches.

 

Bulletin du 2 novembre

EODY : 8 cas de sous-variants du VHB, 12 de BQ.1, 1 de BQ.1.1 et 17 de Centaur en Grèce

Tous les nouveaux sous-variants sont maintenant également présents en Grèce, le dernièr en date étant HBB. En particulier, selon les résultats de l'analyse effectuée par le Réseau national de surveillance génomique du SRAS-CoV-2, qui opère sous la coordination de l'EODY, à partir des 338 échantillons sélectionnés de manière aléatoire ou ciblée et relatifs à la période du 28 septembre au 25 octobre, une souche Omicron (B.1.1.529) a été isolée. Sur ces 338 échantillons, 28 (8,3 %) ont été identifiés comme BA.2, 8 (2,4 %) comme BA.4 et 302 (89,3 %) comme BA.5, 17 (60,7 %) ont été identifiés comme sous-variant BA.2.75 (Centaur) et 8 (28,6 %) comme XBB, tandis que parmi les souches BA.5, 12 (4,0 %) ont été identifiées comme la sous-variante BQ.1 et 1 (0,3 %) comme BQ.1.1.

 

Coronavirus : 53 436 cas, 85 intubations, 164 décès, dans la semaine du 24 au 30/10

Les données concernant les cas issus de la surveillance épidémiologique de la maladie du nouveau coronavirus (COVID-19) au cours de la semaine de référence ISO 43/2022 (24 octobre 2022 - 30 octobre 2022), ont été annoncées aujourd'hui par EODY. Au cours de la semaine de référence, 53 436 cas de COVID-19 ont été enregistrés (5 122 par million d'habitants : variation hebdomadaire de 1%), dont les réinfections représentaient 23% des infections. Le nombre total d'infections depuis le début de la pandémie est de 5 188 890, dont 52,1% de femmes. Le RT pour le territoire basé sur les cas est estimé à 0,99 (IC 95 % : 0,82-1,07). Le nombre total d'admissions dans les hôpitaux du territoire au cours de la semaine de référence était de 1 324 patients (moyenne sur 7 jours : 189,3% de variation hebdomadaire), tandis que le nombre total de sorties était de 1 014 patients (moyenne sur 7 jours : 145, -7% de variation hebdomadaire). Le nombre de patients hospitalisés intubés à la fin de la semaine de référence est de 85 (61,2% d'hommes) avec un âge médian de 73 ans et 96,5% ayant une maladie sous-jacente et/ou un âge de 70 ans ou plus. Au cours de la semaine de référence, 164 décès de patients atteints de COVID-19 ont été enregistrés (16 par million d'habitants : 12 % de variation hebdomadaire), dont 11 (7 %) sont décédés après au moins 29 jours à compter de la date de confirmation en laboratoire de l'infection par le COVID-19. Au total, 33 750 décès ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie et 96,1 % d'entre eux présentaient une maladie sous-jacente et/ou étaient âgés de 70 ans ou plus. L'âge médian des cas est de 39 ans, tandis que l'âge médian des décès est de 80 ans.

 

Bulletin du 26 octobre

Diminution du nombre de résidents dans le pays et forte augmentation des arrivées, selon les données du ministère de l'Immigration pour le mois de septembre

Une diminution du nombre de résidents de 54% sur le continent et de 14% sur les îles est enregistrée en septembre 2022 par rapport à l'année précédente, mais on constate dans le même temps une augmentation des arrivées de 80% par rapport aux neuf premiers mois de 2021. Ce qui précède est présenté dans les données du ministère de la Migration et de l'Asile pour septembre 2022. Les demandes d'asile en septembre 2022 affichent une augmentation de 32% par rapport à un mois plus tôt et les décisions concernant le premier et le second degré affichent une augmentation de 7% par rapport à août 2022. Quant aux demandes d'asile en attente au premier et au second degré, on constate une diminution globale de 42% en septembre 2022 par rapport à il y a un an. Au cours des neuf premiers mois de 2022, 6 449 retours volontaires, expulsions et réinstallations ont eu lieu, contre 11 023 arrivées. En septembre 2022, 756 886 migrants résidaient légalement en Grèce, dont 29% de citoyens de l'UE et d'expatriés, 63% de ressortissants de pays tiers avec un permis de séjour valide et 8% de bénéficiaires de la protection internationale avec des permis de séjour actifs. Les titres de séjour permanents pour investisseurs en vigueur en septembre 2022 s'élèvent à 10 697. Enfin, un total de 21 039 demandes en ligne ont été soumises par des réfugiés ukrainiens et 19 783 permis de protection temporaire ont été délivrés.

 

Coronavirus : 52 966 cas, 82 intubations, 138 décès, au cours de la semaine du 17 au 23 octobre

Au cours de la semaine du 17 au 23 octobre, 52 966 cas de COVID-19 (5 077 par million d'habitants : -4% de variation hebdomadaire) ont été enregistrés, parmi lesquels les réinfections représentaient 22% des infections. Le nombre total d'infections depuis le début de la pandémie est de 5 135 200, dont 52,1% de femmes. Le RT du territoire basé sur les cas est estimé à 0,96. Le nombre total d'admissions dans les hôpitaux du territoire au cours de la semaine de référence était de 1 291 patients (7 jours mo : 184, -5% de variation hebdomadaire), tandis que le nombre total de sorties était de 1 095 patients (7 jours mo : 156, 13% de variation hebdomadaire). Le nombre de patients hospitalisés intubés à la fin de la semaine de référence est de 82 (65,9% d'hommes) avec un âge médian de 74 ans et 97,6% ayant une maladie sous-jacente et/ou un âge de 70 ans ou plus. On a enregistré 138 décès de patients atteints de COVID-19 (13 par million d'habitants : 23 % de variation hebdomadaire), dont 14 (10 %) sont décédés après au moins 29 jours à compter de la date de confirmation en laboratoire de l'infection par le COVID-19. Au total, 33 574 décès ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie, 96,0 % d'entre eux ayant une maladie sous-jacente et/ou étant âgés de 70 ans ou plus.

 

EODY: Un total de 284 cas d'infection par le virus du Nil occidental et 30 décès

Au total, 284 cas domestiques d'infection par le virus du Nil occidental ont été diagnostiqués en Grèce depuis le début de la saison 2022, jusqu'au 25 octobre, dont 184 présentaient des infections du système nerveux central et 100 cas présentaient des infections bénignes ou aucune infection du SNC, selon le rapport épidémiologique hebdomadaire de l'EODY. Au cours de la semaine dernière, depuis le rapport hebdomadaire précédent jusqu'au 25 octobre, 2 nouveaux cas ont été diagnostiqués. 30 décès ont été enregistrés chez des patients présentant une infection virale et des infections du SNC, âgés de plus de 58 ans (âge médian des décès = 84 ans). Trois autres décès de patients dont l'infection par le virus du Nil occidental avait été diagnostiquée ont été attribués à d'autres problèmes de santé graves coexistants (non inclus dans le nombre total de décès). Il est considéré comme probable que d'autres cas seront diagnostiqués dans la période à venir, a déclaré EODY. Dans l'Union européenne et ses pays voisins, des cas d'infection par le virus ont été enregistrés - en dehors de la Grèce - en Italie, Roumanie, Hongrie, Allemagne, Croatie, Autriche, Espagne, France, Slovaquie et Serbie.

 

ECONOMIE

 

Bulletin du 11 novembre

Inflation à 9,1% en octobre

Comme l'a annoncé ELSTAT, la comparaison de l'indice général des prix à la consommation en octobre 2022 avec l'indice correspondant d'octobre 2021 a montré une augmentation de 9,1%, contre une augmentation de 3,4% dans la comparaison correspondante entre 2021 et 2020, mais dans le même temps un ralentissement par rapport aux 12 % de septembre dernier. Cependant, des hausses de prix ont été enregistrées pour l'ensemble des biens et services, à l'exception des services de téléphonie. Plus précisement, en un an, les prix ont accusé les augmentations suivantes : le gaz naturel (68,4%), les combustibles solides (23,3%), le fioul domestique (20,8%), les carburants et lubrifiants (17,8%) et l'électricité (7,4%). Concernant ce que l'on appelle le "panier de la ménagère", des augmentations de prix ont été enregistrées pour : Produits laitiers et oeufs (24,2%), Pain et céréales (19,3%), Viande en général (17,3%), Huiles et graisses (16,6%), Café, cacao, thé (13,4%), Légumes en général (13,2%), Autres aliments (12%), Eaux minérales - boissons gazeuses - jus de fruits (6,1%), Sucre - chocolats - bonbons - glaces (6,1%), Boissons alcoolisées hors restauration (5,4%), Fruits en général (3,9%) et Poissons en général (2,4%). Entre septembre et octobre, les prix ont baissé pour le gaz naturel (52,8%), le fioul domestique (11,2%) et l'électricité (2,9%), mais ont augmenté pour le diesel (11,2%) et le carburant - essence (2,3%).

 

Bulletin du 3 novembre

Zacharaki: "Les revenus du tourisme au cours des huit premiers mois atteignent environ 12,7 milliards d'euros"

"Nous sommes dans une année où les nouvelles sont bonnes pour le tourisme après une longue période. Les huit premiers mois nous ont montré que nous avons bien fait en matière d'arrivées et que nous ne sommes que légèrement en retard sur 2019. En termes de chiffre d'affaires, nous avons très bien réussi, et déjà sur les huit premiers mois, nous avons atteint presque les chiffres de 2019, qui était une année record. C'est-à-dire que les recettes sont d'environ 12,7 milliards d'euros et c'est très important." C'est ce qu'a notamment souligné la secrétaire d'Etat du Tourisme, Sofia Zacharaki, lors de la conférence sur le tourisme, #RouteLab, qui s'est tenue mercredi soir au parc à thème "Xystri" de Pyrgos et qui a été organisée par la municipalité de Pyrgos en coopération avec la Région de Grèce occidentale, l'Association des entreprises et des industries du Péloponnèse et de Grèce occidentale, l'Union régionale des municipalités de Grèce occidentale et la chaîne de télévision "IONIAN TV". Comme elle l'a expliqué, "les recettes sont très importantes, parce que cette année est une année difficile, une année de nombreux défis, tels que la crise énergétique, l'augmentation des budgets, les tendances inflationnistes partout, et donc ces recettes nous aident à rendre au citoyen cette part provenant du tourisme". À un autre moment de son discours, Mme Zacharaki a déclaré que "la Grèce accueillera très bientôt le premier centre de développement durable du littoral de l'Organisation mondiale du tourisme", tout en soulignant qu'"il est de notre devoir de fournir des opportunités pour que, avec les autorités locales du premier et du second degré, toutes les infrastructures dont chaque région a besoin se développent, afin qu'elle revendique sa propre augmentation dans la part du tourisme". En ce qui concerne les infrastructures, elle a déclaré qu'"il est très important qu'après tant d'années, nous puissions disposer de l'autoroute Patras-Pyrgos, puisque la sécurité routière est l'un des facteurs clés qui nous font choisir une destination", ajoutant qu'"il est également très important que le ministère des Infrastructures réalise un investissement élargi de plusieurs milliards d'euros dans les années à venir pour améliorer nos infrastructures".

 

Bulletin du 1er novembre

Eurostat : Grande désescalade de l'inflation en Grèce

L'inflation annuelle dans la zone euro devrait atteindre 10,7 % en octobre 2022, contre 9,9 % en septembre, selon une estimation préliminaire de l'Office statistique européen, Eurostat. S'agissant des principales composantes de l'inflation dans la zone euro, l'énergie devrait connaître le taux annuel le plus élevé en octobre (41,9 %, contre 40,7 % en septembre), suivie de l'alimentation, de l'alcool et du tabac (13,1 %, contre 11,8 % en septembre), les biens industriels hors énergie (6,0 %, contre 5,5 % en septembre) et les services (4,4 %, contre 4,3 % en septembre). En Grèce, l'inflation annuelle devrait baisser à 9,8 % en octobre, contre 12,1 % en septembre. Le niveau d'inflation le plus élevé de la zone euro a été enregistré en octobre par l'Estonie (22,4%), la Lituanie (22%) et la Lettonie (21,8%). Elle est suivie par les Pays-Bas (16,8%), la Slovaquie (14,5%), la Belgique (13,1%) et l'Italie (12,8%). L'inflation la plus faible de la zone euro est enregistrée par la France (7,1%), l'Espagne (7,3%) et Malte (7,5%).

 

Bulletin du 26 octobre

Exécution du budget de l'État : Augmentation de 4,8 milliards d'euros des recettes fiscales entre janvier et septembre 2022

Les recettes fiscales du budget de l'État pour la période janvier-septembre 2022 ont augmenté de 4,819 milliards d'euros, soit 13,5 % par rapport à l'objectif, tandis que le déficit du solde budgétaire de l'État est de 4,221 milliards d'euros pour un déficit cible de 10,081 milliards d'euros pour la période correspondante de 2022 inclus dans le rapport budgétaire 2022 et un déficit de 10,150 milliards d'euros pour la période correspondante de 2021, selon les données sur l'exécution du budget de l'État, sur une base de caisse modifiée. Le principal résultat est un excédent de 52 millions d'euros, contre un objectif de déficit primaire de 5,943 milliards d'euros et un déficit primaire de 5,960 milliards d'euros pour la même période en 2021. Le montant des recettes nettes du budget de l'État s'est élevé à 44,024 milliards d'euros, soit une augmentation de 5,219 milliards d'euros ou 13,4 % par rapport à l'estimation pour la période correspondante incluse dans le rapport explicatif du budget 2022, malgré la réduction des recettes du PDE. Les recettes totales du budget de l'État se sont élevées à 48,364 milliards d'euros, soit une augmentation de 6,136 milliards d'euros ou 14,5 % par rapport à l'objectif.

Recettes en septembre 2022

Pour le mois de septembre 2022, les recettes nettes totales du budget de l'État se sont élevées à 4,792 milliards d'euros, soit une baisse de 476 millions d'euros par rapport à l'objectif mensuel. Les recettes totales du budget de l'État pour le même mois se sont élevées à 5,556 milliards d'euros, soit une baisse de 263 millions d'euros par rapport à l'estimation pour la période correspondante incluse dans l'exposé des motifs du budget 2022.

Dépenses pour la période janvier - septembre 2022

Les dépenses du budget de l'État pour la période de janvier à septembre 2022 s'élèvent à 48,245 milliards d'euros, soit 641 millions d'euros de moins que l'objectif (48,886 milliards d'euros), qui a été inclus dans le rapport budgétaire 2022. En ce qui concerne le budget ordinaire, les paiements sont inférieurs à l'objectif de 972 millions d'euros. Cette évolution est principalement due au retard de 656 millions d'euros dans le calendrier des paiements pour les programmes d'armement. Les paiements au titre des renonciations aux garanties sont également inférieurs de 456 millions d'euros. Les paiements pour les dépenses d'investissement se sont élevés à 7 037 millions d'euros, soit une augmentation de 331 millions d'euros par rapport à l'objectif de 6 706 millions d'euros. Pour la période janvier-septembre 2022, les dépenses du budget de l'État sont présentées en baisse de 1,355 milliard d'euros par rapport à la période correspondante de 2021.

 

Bulletin du 25 octobre

Le gouvernement est déterminé à continuer à soutenir le secteur de l'immobilier, déclare M.. Staikouras

Le développement du marché immobilier peut assurer des revenus importants, stables et à long terme à l'État et aux entreprises qui y opèrent, réduire le niveau de la dette publique et contribuer de manière décisive à la dynamique de croissance des communautés locales et de l'économie grecque dans son ensemble. C'est ce qu'a souligné le ministre des Finances, Christos Staïkouras, lors de son discours d'ouverture de la 23e conférence Prodexpo sur le secteur immobilier. Selon le ministre, le marché se trouve aujourd'hui à un tournant, car après avoir laissé derrière lui une décennie de crise économique, il doit faire face à de nouveaux défis, le principal étant, bien entendu, l'augmentation significative des prix des matières premières et, par extension, des coûts de construction en raison de la guerre en Ukraine. Dans le même temps, il a déclaré que la recherche et la dotation du marché en main-d'oeuvre et en techniciens qualifiés, ainsi que la nécessité d'une adaptation immédiate aux nouvelles données créées par les crises successives et la transition vers un développement plus vert et durable, devraient déterminer l'image du secteur de la construction dans les années à venir. Comme l'a dit le ministre des Finances, du côté du gouvernement, nous sommes déterminés, malgré les obstacles, à continuer de soutenir le secteur par des réductions d'impôts permanentes, des réformes substantielles et des interventions ciblées, en profitant des ressources importantes du Fonds de relance et du nouvel ESPA. Pour leur part, les professionnels et les entreprises du secteur sont appelés à utiliser efficacement le soutien apporté par l'État, à faire preuve d'adaptabilité aux nouvelles circonstances et à investir dans le capital humain. Selon M. Staïkouras, le secteur de l'immobilier a été considérablement endommagé pendant la crise économique de la décennie précédente, en raison de la surtaxation des années précédentes. Cela s'est traduit par une chute spectaculaire de l'activité de construction au cours de cette période, la construction de nouveaux biens immobiliers établissant des records négatifs successifs. Il a ensuite détaillé les initiatives prises par le gouvernement qui, selon lui, ont conduit à une relance du marché immobilier, comme en témoigne l'augmentation de l'activité de construction qui, en 2021, a établi un record pour la décennie, ainsi qu'à l'amélioration de la position de la Grèce en tant que destination d'investissement, les investissements directs étrangers dans l'immobilier revenant progressivement aux niveaux d'avant la pandémie, qui étaient également des niveaux records. Il a ajouté que le gouvernement a inclus dans son plan stratégique la mise en oeuvre d'un plan global, cohérent et dynamique pour une forte reprise du marché, ainsi que sa restructuration totale. Un plan qui comprend des réductions d'impôts, des réformes ciblées et des interventions substantielles.

 

Les recettes touristiques ont augmenté de 92,1% en janvier-août 2022, selon la Banque de Grèce

Les recettes touristiques ont enregistré une hausse de 92,1% sur la période janvier-août 2022, atteignant 12,75 milliards d'euros. Cette évolution, selon les données de la Banque de Grèce (BdG), est due à l'augmentation de 64,8% des recettes venant des résidents des pays de l'UE-27, qui s'élèvent à 7,44 milliards d'euros, ainsi qu'à l'augmentation de 147,7% des recettes venant des résidents des pays hors UE-27, qui s'élevaient à 5,05 milliards d'euros. Précisément, les recettes des résidents des pays de la zone euro se sont élevées à 5,0 milliards d'euros, en hausse de 63,3%, tandis que les recettes des résidents des pays de l'UE-27 hors zone euro se sont élevées à 1,571 milliards d'euros, en hausse de 70,6%. Les recettes venant des résidents d'Allemagne ont augmenté de 67,6% et se sont élevées à 2,23 millions d'euros, tandis que les recettes de la France ont augmenté de 37,2% et se sont élevées à 369,3 millions d'euros. En ce qui est des recettes en provenance des pays hors UE-27, celles du Royaume-Uni ont augmenté de 173,1 % à 2,28 milliards d'euros. Les recettes en provenance des Etats-Unis ont augmenté de 118,1% à 723,3 millions d'euros, tandis que celles en provenance de Russie ont diminué de 63,0%, totalisant 20,8 millions d'euros. L'augmentation des recettes va de pair avec les flux touristiques entrants, qui, en janvier-août 2022, ont augmenté de 121,8% et atteint 19,12 millions de voyageurs, contre 8 millions de voyageurs sur la période correspondante de 2021. Comparaison avec 2019, dernière année avant la pandémie Par rapport à août 2019, en août 2022, les recettes de voyage ont diminué de 1,5%, les dépenses moyennes par voyage ont augmenté de 14,0% et les flux entrants ont diminué de 13,3%. Par rapport à la période janvier-août 2019, au cours de la période janvier-août 2022, les recettes des voyages ont diminué de 3,6% et les flux entrants de 12,4%, tandis que les dépenses moyennes par voyage ont augmenté de 10,6%.

 

Bulletin du 20 octobre

Baisse significative des prix de l'électricité attendue en novembre

Une baisse significative des prix de l'électricité est attendue à partir de novembre, selon les estimations du marché, suite à la baisse des prix de l'électricité sur la bourse de l'énergie et des prix internationaux du gaz naturel. Ce sont les prix nominaux qui - conformément à la législation - sont annoncés chaque mois par les fournisseurs. Le montant final facturé aux consommateurs dépend du montant de la subvention annoncée et mise en oeuvre par le gouvernement. Cependant, plus le prix nominal de chaque fournisseur est bas, plus la facture finale des clients sera basse. En outre, la réduction des prix nominaux signifie que moins de subventions seront nécessaires pour maintenir les prix finaux à des niveaux tolérables. Le prix moyen de l'électricité à la Bourse grecque d'octobre jusqu'à hier, mardi, était de 263,86 euros par mégawatheure. En comparaison, en septembre, il était de 416,87 euros et en août de 436,53 euros. Cette désescalade est attribuée d'une part à la participation accrue des sources d'énergie renouvelables dans le mix et d'autre part à la réduction des prix du gaz naturel. Le gaz naturel à la bourse néerlandaise a clôturé hier à 112,15 euros par mégawatheure à la suite des propositions de la Commission européenne visant à contrôler le prix du carburant. Au plus fort de la crise en août, il avait atteint près de 350 euros.

 

POLITIQUE EXTERIEURE

 

Bulletin du 3 novembre

"Je suis fier que vous ayez choisi les Pays-Bas comme partenaire sur la voie de l'avenir"

Le roi des Pays-Bas, William-Alexander, a exprimé depuis Thessalonique sa fierté du fait que la Grèce ait choisi les Pays-Bas comme partenaire sur la voie de l'avenir de l'agriculture, de la durabilité et de la transition vers l'économie verte, en décrivant les produits agricoles grecs comme étant d'excellente qualité et délicieux. Annonçant l'ouverture de la conférence intitulée "L'agriculture du futur : efficacité des ressources énergétiques et hydriques pour l'agriculture en Grèce", organisée par l'ambassade des Pays-Bas à l'occasion de la visite du couple royal, le roi des Pays-Bas a souligné que, bien que les « polders » néerlandais (un mot néerlandais pour les terres cultivées à forte teneur en eau aux Pays-Bas, utilisé sans traduction dans la terminologie internationale) soient très différents des collines grecques, les agriculteurs des deux pays partagent une passion pour leur produits et souhaitent un avenir positif pour leurs exploitations, tout en étant confrontés au même problème : le secteur agricole atteint ses limites s'il continue sur la même voie. "Selon une étude de l'Université de Thessalie, au cours de la dernière décennie, la Grèce a perdu plus de 10 % de ses terres arables utilisables, en raison de la sécheresse et d'autres effets du changement climatique. Ici en Grèce, plusieurs dizaines de milliers d'agriculteurs luttent pour faire face à cette réalité. Mes pensées vont à tous ces agriculteurs, qui se battent pour maintenir leurs exploitations en activité (...) Et ce problème ne concerne certainement pas que la Grèce. Le secteur (primaire) aux Pays-Bas est également confronté à d'énormes défis et ce qui rend l'événement d'aujourd'hui (la conférence) si spécial, c'est que vous (Grecs et Néerlandais) explorerez des solutions ensemble. Heureusement, il existe de nombreuses connaissances auxquelles vous pouvez vous référer. Des connaissances qui peuvent vous aider à préserver la nature et à éviter de gaspiller ne serait-ce qu'une goutte d'eau précieuse", a noté le roi des Pays-Bas, qui s'est rendu sur le lieu de l'événement (Centre de transformation et de compétences numériques DT & S de Cisco aux anciens abattoirs) , accompagné de son épouse, la reine Maxima. Comme exemple de ce qui peut être réalisé dans le cadre de la coopération bilatérale, le roi a mentionné le programme "Water for Tomorrow" d'Athens Brewery, une société membre du néerlandais Heineken, qui implique environ 800 producteurs d'orge en Grèce dans l'objectif d'une agriculture et développement. "Cette initiative est une réponse vitale à la rareté de l'eau et montre comment un changement de mentalité peut ouvrir de nouvelles perspectives pour l'agriculture. Pas dans la plupart des forages les plus profonds (pour l'eau). Non au "chaque paysan pour soi". Oui au travail en commun et à la prise en compte de l'ensemble de l'écosystème", a dit de façon caractéristique le roi Guillaume-Alexandre. Il a ajouté que les Pays-Bas ont beaucoup à apprendre de la Grèce en termes de préservation du caractère du paysage naturel et d'harmonisation avec la nature, mais qu'ils ont aussi beaucoup à offrir à notre pays. L'agriculture néerlandaise, a-t-il souligné, est reconnue pour atteindre les rendements les plus élevés possibles avec le moins d'eau et d'énergie possible, alors qu'il s'agit également d'un secteur innovant, tirant parti des drones et des données satellitaires pour optimiser les rendements des cultures, mais aussi pour développer de nouvelles variétés, plus résistant aux nouvelles données créées par le changement climatique. "Vous êtes tous des aides de la déesse grecque Déméter, sponsor de la nourriture et des céréales et protectrice de l'agriculture. Pourrait-il y avoir une meilleure tradition à laquelle faire partie? a-t-il dit-il, s'adressant aux participants de la conférence.

 

Bulletin du 2 novembre

La Commission européenne a parlé de "répercussions" si la Turquie nuit aux intérêts des Etats-membres de l'UE,  déclare M. Kefalogiannis

La Commission européenne, en réponse à une question posée par l'eurodéputé du parti au pouvoir Nouvelle Démocratie, Manolis Kefalogiannis, a déclaré que la Turquie doit respecter la souveraineté, l'intégrité territoriale et les droits souverains de tous les Etats-membres de l'UE sous peine de subir des répercussions, selon un communiqué de presse publié par le député européen mardi. Selon le communiqué de presse, la Commission européenne a menacé la Turquie de "sanctions politiques et économiques en cas de nouvelles actions provocatrices en violation du droit international, dont le but est de nuire aux intérêts de l'UE et de ses Etats-membres". En outre, elle a déclaré que la Turquie doit éviter les menaces et les actions qui compromettent les relations de bon voisinage et respecter la souveraineté des Etats-membres de l'UE sur leurs eaux territoriales et leur espace aérien, ainsi que tous leurs droits souverains, y compris le droit de rechercher et exploiter les ressources naturelles conformément au droit européen et international, y compris la convention des Nations unies sur le droit de la mer. L'annonce de l'eurodéputé note: "L'UE confirme sa détermination à utiliser tous les moyens et options à sa disposition pour défendre ses intérêts et les intérêts de ses Etats-membres et pour préserver la stabilité régionale en cas d'actions unilatérales de la Turquie en violation du droit international. Elle souligne également qu'il y aura des répercussions, à la fois économiques et politiques, contre la Turquie en cas de nouvelles actions et provocations unilatérales visant à nuire aux intérêts de l'UE et de ses Etats-membres". La Commission répondait à une question de M. Kefalogiannis faisant référence à "la rhétorique agressive constante et croissante de la Turquie, qui menace ouvertement la paix, la sécurité et la stabilité dans la région de la mer Egée et de la Méditerranée orientale" et a également souligné "les violations constantes de l'espace aérien grec et les survols d'îles grecques habitées par des avions de chasse turcs" et "des déclarations provocatrices de hauts responsables turcs qui contestent ouvertement la souveraineté grecque sur les îles de la mer Egée orientale", ainsi que les déclarations du président turc selon lesquelles "nous viendrons soudainement une nuit".

 

Bulletin du 26 octobre

Méditerranée orientale et Europe du Sud-Est - M. Schinas : Le sommet UE-Balkans occidentaux de Tirana, "le moment de vérité" pour la perspective européenne de la région

"C'est le moment de vérité" pour les Balkans occidentaux, a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Margaritis Schinas, lors du prochain sommet UE-Balkans occidentaux à Tirana, dans le cadre de la conférence East Med & Southeast Europe, organisée par le Delphi Economic Forum à Bruxelles. Lors d'une discussion avec le directeur de Kathimerini Alexis Papachelas, le vice-président de la Commission européenne a fait référence au sommet que la capitale albanaise accueillera le 6 décembre, soulignant que le premier test sera d'avoir tous les dirigeants de l'Union européenne présents, tandis qu'il sera également nécessaire de "dégager l'horizon" en ce qui concerne la perspective européenne des Balkans occidentaux et plus spécifiquement en ce qui concerne la Macédoine du Nord et l'Albanie. Il a également évoqué le cas de la Bosnie-Herzégovine et l'attention que l'UE devrait porter à ce pays et à son parcours européen car, comme il l'a dit, "si les choses tournent mal en Bosnie, ce ne sera pas seulement un problème pour les Américains mais aussi pour l'Europe". "Il ne fait aucun doute que les Balkans occidentaux veulent être avec nous et, d'une certaine manière, ils sont déjà avec nous", a souligné le vice-président de la Commission, en précisant qu'il existe une asymétrie et que celle-ci concerne le fait que le mécanisme officiel d'élargissement n'a pas pu jusqu'à présent inclure efficacement la convergence que présentent les Balkans occidentaux. Il s'agit là, a-t-il souligné, d'un des défis qu'il convient de relever efficacement. Interrogé sur les erreurs commises par l'UE dans ce processus, M. Schinas a noté que "le terme "nous" en Europe est un peu injuste, car la Commission européenne n'a jamais laissé personne de côté dans les Balkans occidentaux", ajoutant que certaines capitales ont essayé d'exploiter les craintes et les angoisses de leurs sociétés et soulignant que si un pays a répondu à toutes les demandes de l'UE et a dû revenir dans le processus pour satisfaire à de nouvelles conditions préalables, c'est bien la Macédoine du Nord. "Il y a eu des erreurs qui devraient être utilisées comme une leçon pédagogique pour l'avenir", a déclaré le vice-président de la Commission. Concernant l'invasion russe en Ukraine et analysant la manière dont l'Union européenne a agi après l'invasion russe, M. Schinas a déclaré que "l'Ukraine nous a obligés à voir les choses clairement et à prendre des décisions sans précédent". Il a noté que les développements ont apporté une cohérence sans précédent au sein de l'UE, tant au niveau du Parlement européen et d'autres institutions qu'au niveau de la société, et a fait référence aux 90 milliards d'euros d'aide macroéconomique accordée à l'Ukraine, en disant que le fait que les Ukrainiens soient encore capables de se battre est également dû au fait que l'UE les a soutenus avec cette aide pour avoir un État qui fonctionne.

 

CULTURE, VIE QUOTIDIENNE, TOURISME

 

Bulletin du 11 novembre

En 60 jours, le processus de reconnaissance des diplômes étrangers a été engagé par le premier ministre

Dans les 60 jours, le DOATAP complétera chaque demande de reconnaissance des diplômes universitaires étrangers, a noté le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, dans un message sur Twitter. M. Mitsotakis a souligné qu'en 4 mois, le DOATAP, qui a été mis à niveau, a traité toutes les anciennes demandes de reconnaissance, tout en ajoutant que les frais seront réduits de 20 %. Le message du premier ministre est le suivant: "En 4 mois, le DOATAP mis à niveau a traité toutes les anciennes demandes de reconnaissance de diplômes universitaires étrangers, répondant positivement à 4 000. Désormais, il complétera chaque demande dans les 60 jours, tandis que les frais seront réduits de 20%".

 

La Grèce a joué dans le salon international du tourisme WTM London 2022 - Pour la première fois, EOT a organisé les Greek Travel Awards à Londres

La Grèce et son produit touristique se sont trouvés au centre de l'intérêt du salon international du tourisme WTM London 2022, qui a fermé ses portes en battant tous les records de visiteurs des années précédentes, soulignent les dirigeants de l'Office hellénique du Tourisme (EOT) à l'ANA-MPA. A cette occasion, l'EOT a organisé pour la première fois à Londres les Greek Travel Awards 2022, avec le bureau de l'EOT UK & Ireland en collaboration avec 7 voyagistes spécialisés, contactant leurs clients qui avaient visité la Grèce pour participer au vote pour les destinations grecques. Sur le marché complexe du Royaume-Uni, la Grèce est proposée comme destination de voyage par plus de 75 voyagistes et voyagistes spécialisés. 80 représentants des médias britanniques, des voyagistes britanniques, des professionnels du tourisme, des correspondants grecs à Londres et des co-exposants du stand grec ont assisté à la cérémonie de remise des premiers prix grecs. Voici les dix lauréats présentés par APE-MPE, issus du vote du T/O britannique, par catégorie

1. Meilleure destination City Breaks : Athènes

2. Meilleure destination de marche : Arcadie/Péloponnèse

3. Meilleure destination de navigation : Lefkada

4. Meilleure destination gastronomique : La Canée

5. Meilleure destination de luxe : Santorin

6. Meilleure destination de plein air : Céphalonie

7. Meilleure destination culturelle : Athènes

8. Meilleure destination durable : Ikaria

9. Meilleure destination de plongée : Alonissos

10. Meilleure destination de vacances à la plage : La Crète

 

Bulletin du 3 novembre

Nana Mouskouri, citoyenne d'honneur de la Commune de Vari-Voula-Vouliagmeni

Nana Mouskouri a été déclarée citoyenne d'honneur de la municipalité de Vari-Voula-Vouliagmeni. L'événement en l'honneur de la grande artiste grecque à la carrière et à la reconnaissance internationales s'est déroulé mardi soir à l'hôtel de ville, où elle a reçu la médaille d'or de la ville par le conseil municipal, suite à sa décision unanime.

 

Bulletin du 2 novembre

L'utilisation des pièces d'identité sur Gov.gr Wallet étendue aux institutions financières et aux opérateurs de télécommunications

Les citoyens grecs auront la possibilité d'utiliser l'application Gov.gr Wallet au lieu de leurs pièces d'identité dans toutes les banques et sociétés financières, ainsi que les opérateurs de télécommunications, à partir du 1er novembre, sur la base d'une décision ministérielle conjointe publiée le 28 octobre. Le processus de vérification de l'authenticité des documents numériques sera le même que celui utilisé depuis juillet pour les autres transactions, avec la numérisation d'un code QR et d'un OTP à six chiffres envoyé à l'appareil de la personne concernée. Il existe également une option pour délivrer un document d'identité numérique pour les institutions qui sont tenues de conserver une photocopie de la pièce d'identité dans leurs dossiers. L'utilisation du Gov.gr Wallet à des fins d'identification a été introduite pour la première fois fin juillet et est valable pour la plupart des utilisations, à l'exception des voyages internationaux.

 

Carte Digitale de Travail : Dès aujourd'hui l'inventaire des heures - Après concertation l'extension à tous les métiers

Le démarrage à partir de mardi 1er novembre du processus de recensement des heures d'emploi par toutes les entreprises employeurs du pays pour l'ensemble de leurs salariés, en contrat de travail salarié dépendant, marque le début de la deuxième phase de la mise en oeuvre de la Carte de travail numérique, qui sera progressivement étendue à toutes les entreprises et à tous les travailleurs du pays, selon une annonce du ministère de l'Emploi et des Affaires sociales. Il est rappelé qu'à partir du 1er juillet, la Digital Labor Card est appliquée à toutes les banques et supermarchés, qui emploient plus de 250 travailleurs. Dans la prochaine période, après un dialogue avec les employeurs et les employés, sur la base de ce qui a déjà été annoncé, l'extension progressive de la mesure à des secteurs, tels que les compagnies d'assurance, les sociétés de sécurité, DEKO, l'industrie, la restauration et le tourisme. « Tenant compte du fait que chaque secteur a ses propres caractéristiques, ce dialogue commencera immédiatement, afin de mettre en oeuvre la réforme dans les secteurs prioritaires, sans délai, mais aussi sans ignorer les particularités des activités individuelles. Dans ce dialogue, l'expérience acquise lors de la mise en oeuvre de la carte de travail numérique dans les banques et les supermarchés sera également prise en compte», précise le ministère. Dans le cadre du processus de recensement, qui a débuté le 1er novembre, l'employeur déclare pour chaque salarié les détails généraux de la relation de travail concernant le temps de travail, ainsi que les heures de travail sous forme numérique soit en forfait hebdomadaire, soit en forfait journalier. Le recensement des salariés peut se faire progressivement (par exemple pour chaque annexe), à condition qu'il ait été réalisé pour l'ensemble du personnel, au plus tard le 30 novembre 2022. Avec ce procédé, la déclaration des heures de travail dans le Système d'Information par le texte ou les fichiers joints est remplacée par le nouveau procédé numérique. Après l'achèvement du processus de recensement, le système informatisé "ERGANI" affichera les heures de travail prévues par employé, branche ou entreprise, sous forme de calendrier numérique (état actuel de l'organisation numérique du temps de travail), qui sera également immédiatement disponible pour l'employé via l'application mobile myErgani, ainsi que depuis le portail web myErgani (https://myErgani.gov.gr).

 

Bulletin du 1er novembre

AADE : Télédéclaration des droits de succession via myPROPERTY à partir de mercredi

Les premières déclarations de droits de succession seront acceptées à partir du mercredi 2 novembre prochain, sur la plateforme électronique de l'AADE myPROPERTY. A noter que jusqu'à fin 2022, la soumission électronique sera facultative, alors qu'à partir du 1er janvier 2023 elle deviendra obligatoire. Par décision du gouverneur de l'AADE, Georges Pitsilis, la fonction de myPROPERTY de l'AADE est élargie avec de nouvelles applications pour le plus grand confort des notaires, personnes physiques et morales. Concrètement, facultativement à partir du 2/11/2022 et obligatoirement à partir du 1/1/2023, les applications suivantes sont mises en fonction : • Déclarations de droits de succession initiales (dues et en retard) avec contrat • Déclarations de droits de succession initiales (dues et en retard) sans contrat

 

Bulletin du 26 octobre

Un bâtiment public de l'antiquité a été découvert lors des recherches archéologiques à Lissos, en Crète

Une grande partie d'un bâtiment public, sous la forme d'un odéon ou d'un conseil, orienté à l'est, a été mis au jour par les recherches de fouilles sur le site archéologique de Lissos à La Canée, qui ont été menées pour la première fois après 62 années, dans le cadre d'un projet de mise en valeur et de protection du site, comme indiqué dans l'annonce correspondante du ministère de la Culture et des Sports. La construction de ce monument remarquable, avec une première estimation, est déterminée au début de l'époque romaine (1er siècle après J.-C.). La première phase de la recherche a révélé une partie de la scène, deux chambres latérales avec un toit voûté et 14 rangées de bancs du creux, qui a un passage souterrain construit et est probablement fondée sur le sol naturel. La plupart des bancs intacts sont conservés au sud et au sud-ouest, contrairement à la partie nord-ouest. Sa destruction a été causée lorsque d'énormes rochers, apportés du ruisseau adjacent, ont percé le bâtiment en diagonale vers l'est. Le débordement du torrent est peut-être dû au grave événement sismique de la fin de l'époque romaine (IVe siècle après J.-C.), qui a détruit la plupart des sites antiques de l'ouest de la Crète. Dans la prochaine phase de recherche, note le communiqué, l'achèvement des fouilles est nécessaire, afin de clarifier si le monument est entouré de maçonnerie extérieure, élément nécessaire à la préparation de l'étude de sa restauration. Dans tous les cas, la découverte d'un bâtiment de fonction publique à un point central de la ville antique et à proximité du célèbre Asclépiéion ajoute de nouvelles données au caractère archéologique et historique de la région.

 

Extension de la ligne 3 : un parcours de construction sans précédent réalisé avec succès par le groupe AVAX

L'extension de la ligne 3 du métro a "atteint le port" et un très grand projet d'infrastructure plein de défis a été achevé et livré il y a quelques jours au public. Il s'agit d'un projet qui améliore la vie quotidienne des citoyens et qui a été entrepris par le Consortium AVAX-GHELLA-ALSTOM. L'extension de la ligne 3 du métro d'Athènes au Pirée relie directement le port du Pirée à El. Venizelos. En tant que leader de ce consortium, AVAX Group a été une fois de plus le garant de l'achèvement d'une infrastructure importante pour la Grèce. Les trois nouvelles stations contribueront à atténuer les problèmes de circulation auxquels sont confrontés quotidiennement les quartiers de la zone élargie du Pirée, en les reliant au centre d'Athènes. Il s'agit des stations "Maniatika", "Piraeus" et "Théâtre municipal", qui devraient porter le trafic total de passagers sur le réseau de métro à 132 000 citoyens par jour. La ville du Pirée sera revalorisée en termes de transport, puisqu'il est prévu de créer, uniquement à la station "Piraeus", un centre de transport d'une importance capitale, qui combinera fonctionnellement les lignes 1 et 3 du métro, le port, le chemin de fer de banlieue et l'extension du tramway au Pirée, facilitant ainsi le processus de transfert entre tous les moyens de transport.

 

Le programme du Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos pour la saison 2022-23

Le centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos (SNFCC) propose un programme diversifié d'événements pour la saison 2022-2023, destinés à tous les âges. La programmation de cette année insiste sur les séries à succès, qui ont été appréciées par le public au fil des ans, propose de nouvelles séries musicales mettant l'accent sur la création grecque et la musique classique contemporaine, passe le témoin théâtral à la jeune génération de créateurs, renforce l'art dramatique grec avec de nouvelles commandes, tout en offrant de nouveaux stimuli visuels et de nouvelles possibilités de divertissement et d'apprentissage. Le rideau sera levé sur la série de concerts "Cosmos", désormais bien établie au Stavros Niarchos Hall, qui couvre un large éventail de styles musicaux, du jazz classique et improvisé à la musique classique et au folk. La grande interprète de jazz Dee Dee Bridgewater, favorite du public athénien et lauréate de trois Grammy Awards, qui se produira le 14 novembre, donnera le ton de ce qui suivra. La série de concerts "Cosmos" se poursuivra jusqu'en avril et les noms des artistes seront annoncés prochainement. Axée sur le jazz en tant que "musique du présent", la série de concerts "Jazz Chronicles" revient à Faros et accueille des concerts d'artistes grecs - Kepler is Free (6/11), Harper Xylouri (11/12), Silver Lining de Giovanni Mirabassi et Christos Rafalides (15/01), Martha Mavroidi Quartet (05/02) - proposant des sons anciens et nouveaux, des rythmes improvisés et classiques, des groupes instrumentaux et vocaux. En dialogue avec la série "Cosmos", une nouvelle série de concerts arrive au Phare de la SNFCC à partir du 23 octobre, intitulée "Microcosmos", avec des invités compositeurs de musique classique contemporaine de la scène internationale, qui utilisent, ou prennent comme base, des éléments électroniques pour développer leur travail. La série sera ouverte par Suzanne Ciani (23/10), pionnière de la musique électronique depuis 50 ans avec un travail décisif tant dans la composition musicale que dans le design sonore, suivie de l'accordéoniste suisse Mario Batkovic (20/11), du multi-instrumentiste italien Federico Albanese (04/12) et de l'Américain Peter Broderick (05/03).

 

Bulletin du 18 octobre

Les fouilles et les restaurations se sont poursuivies en 2022 à Despotiko, où fut fondé au VIe siècle avant J.-C. l'un des plus importants centres de culte de la mer Égée centrale.

Les fouilles se sont poursuivies en 2022 sur le site de Mantra Despotiko, où une vaste installation et l'un des plus importants centres de culte de la mer Égée centrale ont été mis au jour. Sur ce site, qui fait l'objet de fouilles depuis 1997, les premiers exemples d'activité remontent au début de l'âge du fer, tandis que la période d'activité maximale est documentée vers le milieu du 6e siècle av. J.-C. Comme indiqué dans un communiqué du ministère de la Culture et de l'Environnement, les fouilles ont jusqu'à présent révélé 88 fragments de cercueils en marbre et 40 bases en marbre de statues de différents types, qui sont les offrandes les plus impressionnantes du sanctuaire, constituant le plus grand connu aujourd'hui dans les Cyclades. À l'extérieur de la mosquée, un vaste complexe de bâtiments et d'ensembles de bâtiments à usages divers (résidences, restaurants, entrepôts, zones d'élevage, etc.) se développe. La découverte en 2020 d'un système étendu et complexe de collecte et de gestion de l'eau, composé de réservoirs et d'une canalisation construite, qui s'étendait sur les contreforts de la colline au sud du sanctuaire, est révélatrice de la taille de l'installation. Les travaux de fouille de cette année, qui ont duré six semaines du 22 mai au 1er juillet, se sont concentrés sur le système de citernes, ainsi que sur la zone située au sud du sanctuaire dans le complexe oriental. En outre, une grande importance a été accordée à la fouille de la zone située au sud du bâtiment P du temple qui, comme l'informe entre autres le ministère de la Culture, date du milieu du VIe siècle avant J.-C. et qui, en raison du plan et des trouvailles, peut être associée à des pratiques cultuelles. Au sud du bâtiment, une section d'espace ouvert pavé a été découverte, dont les limites n'étaient pas claires. Cette année, l'enceinte qui définit cet espace depuis l'est et une partie du mur qui le définit depuis le sud ont été mises en lumière. La succession des phases d'utilisation du site et les trouvailles qu'il contient sont particulièrement intéressantes.